Good girl

Mai 2013 –

« Quelle est la chose la plus folle que tu aies jamais faite?« 
Cette question fut suivie pour moi d’un moment de panique intense, ou je passais en revue ma (courte) biographie mentale pour chercher un instant glorieux où j’aurais fait preuve de folie. Après 30 secondes de réflexions, je dus bien admettre que je n’avais pas une once de folie en moi. Cette réalisation fut suivie immédiatement par un constat terrifiant. J’étais une « good girl ». Une fille gentille et douce. La Fille qui dans les films ne peux trouver l’amour qu’en se métamorphosant en bad girl. Les good girls sont-elles à l’instar des Pokemon obligées d’évoluer?

grease fille

Prends ça Pikachu!

Avais-je manqué une étape ? Étais-je la « Lucy » de la chaîne de l’évolution du genre féminin, éternellement bloquée à l’étape antérieure pour rappeler aux humaines l’inexorable impératif d’évolution ?
Des mesures s’imposaient. Suivant les principes de Darwin j‘allais évoluer pour survivre. Il me fallait devenir une bad girl. Mais n’est pas bad girl qui veux. Et après quelques misérables échecs, je me résigner. Puisque je ne serais jamais une bad girl ma seule alternative était d’enquêter sur la nature réelle de cette dualité métaphysique entre « good » et « bad » girl, afin de comprendre les règles qui régissent la transition d’un statut à l’autre.
Mes recherches s’avérèrent troublantes, et me laissèrent quelque peu dubitative. En effet Google me mena ici. Ou good girl est synonyme de « mannequin qui se promène en string couleur chair, joue avec une voiture électrique, tient une chèvre dans les bras, et fait du vélo ». Bien que j’accepte volontiers l’idée que les good girls, gardent une âme d’enfant, aiment les animaux, et prennent soin de leur corps, l’idée de mannequin qui danse à moitié nue dans un clip vidéo me parait loin de l’image de la good girl classique.

« Good Girl » Power

Si les good girls ont la droiture et le sens moral de Superman, elles ne sont pas pour autant considérées comme des super-héroïnes. D’ailleurs côté super-héroïnes on recrute surtout des bad girls (tenues en latex et fouets conseillés pour les candidates), les good girls sont quant à elles souvent relayées aux rôles d’innocentes victimes.
catwoman

Mais dans le monde réel, ou les super-héros n’existent pas, les good girls ont un réel pouvoir. Bien sur les bad girls sont fascinantes et envoûtantes. Et bien sur vous pouvez en devenir/fréquenter/épouser une. Vous pouvez quitter votre travail respectable et vous mettre a boire, fumer, et devenir une bad girl. Vous pouvez  vous faire tatouer le nom de votre bad girl adoré. Vous pouvez même vous marier à Las Vegas avec elle après une nuit bien arrosé.
Mais qui vous hébergera quand votre absence de travail, et votre consommation abusive d’alcool vous aura mis sur la paille ? Qui vous emmènera à l’hôpital quand le tatouage fait durant un concert de hard rock sera infecté ? Qui sera à vos coté quand la gueule de bois passé vous réaliserez que votre épouse est une psychotique hystéro meurtrière? Surement pas une bad girl. Non les bad girls continueront leurs vies tumultueuse sans vous.
C’est à ce moment qu’interviennent les good girls. Sans costumes, masques ou capes. Les good girls viennent à votre rescousse. Certes, vous ne nous verrez jamais dans un clip de Robin Thicke, ou dans une tenue de Catwoman, mais aussi rare et unique que les super-héros, nous sommes toujours là pour vous sauver.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s